You are currently viewing Le fonctionnement du phénomène des marées

Le fonctionnement du phénomène des marées

Que ce soit pour aller à la plage, pêcher, faire du sport nautique, partir en bateau ou pour prévenir des inondations, les marées revêtent d’une grande importance. Elles conditionnent une grande partie de l’activité maritime.

Une marée est un phénomène journalier composée d’une phase de montée des eaux, une de stagnation et d’une autre de descente du niveau des eaux.

L’influence des marées sur la pratique du longe-côte

Le longe-côte est un sport qui sur certaines plages de nos côtes françaises est particulièrement rythmé par les marées. En effet, en dehors du fait que lorsque l’eau descend les courants peuvent être dangereux, il existe des plages où l’eau se retire beaucoup. Cela entraîne donc l’apparition de rochers rendant le lieu impraticable. C’est notamment le cas sur certaines plages de Bretagne.

Deux solutions s’offrent à vous pour palier à cela. Vous pouvez changer de lieu en abandonnant votre plage de prédilection pour une autre plus praticable. Sinon, il vous suffit simplement de regarder les horaires des marées pour vous y adapter et partir longer ! De plus, pour un longeur, il est important de comprendre le fonctionnement du milieu aquatique qui l’entoure. Les marées représentent un élément crucial dans la compréhension de ce milieu aquatique. Nous allons tout vous expliquer !

Les facteurs déclencheurs des marées

Les marées influent en fonction de trois critères :

  • L’attraction du soleil
  • La force centrifuge liée à la rotation de la terre
  • L’attraction de la lune

La combinaison des forces gravitationnelles de la lune et du soleil alliées à l’inertie procurée par la rotation de la terre entraînent une variation de la hauteur du niveau des mers et des océans. Lors de la nouvelle lune et de la pleine lune, la terre, le soleil et la lune sont plus ou moins dans le même axe. Cet alignement permet d’additionner l’influence de ces corps célestes, ce qui a pour conséquence d’avoir des marées à fortes amplitudes, on appelle cela les « vives eaux ». A l’inverse, lors du premier et du dernier quartier, les 3 corps célestes sont en quadrature, leurs forces sont ont donc moins d’influence. Cela entraîne une amplitude de marée plus faible appelée « mortes-eaux ».

Marées

Lexique des termes pour qualifier les phénomènes visibles des marées

  • Flux : Mot désignant l’eau montante.
  • Reflux : Mot désignant l’eau descendante.
  • Pleine mer ou marée haute : Terme désignant le niveau maximum d’eau atteint à chaque marée.
  • Basse mer ou marée basse : Terme désignant le niveau le plus bas d’eau atteint à chaque marée.
  • Une mer étale : Etat dans lequel la marée est au plus au haut ou au plus bas et semble ne plus monter ou descendre.

Prévision des marées

L’homme a commencé à prévoir les marées depuis l’antiquité. Bien sûr, depuis cette époque les prévisions ont évolués. Le fait que le cycle des marées se répète quasiment à l’identique tous les 18,6 ans rend les prévisions des marées fiables. Le cycle se reproduit toutes les 12 h 25 min et 28 secondes. Cela a pour conséquence un décalage de 50 minutes du cycle par jour. C’est l’attraction lunaire qui détermine quand et où il y a la marée basse ou haute. Le schéma ci-dessous le démontre bien :

La puissance des marées est exprimée par des coefficients. En général, lorsque nous voulons connaitre les marées, il nous suffit d’aller voir sur un calendrier des marées les horaires et les coefficients. Plusieurs instruments permettent de calculer ces données :

  • L’horloge de marée (Instrument de mesure fondé sur le mouvement apparent de la lune autour de la terre)
  • L’altimètre par satellite (Il permet de mesurer les variations du niveau de la mer à travers le monde)

Les marées et leur apport en énergie

Comme le vent avec les éoliennes, les marées sont une source inépuisable d’énergie. En effet, chaque marée dégage une puissance de 3 térawatts soit 3 fois plus que la consommation journalière mondiale en électricité. Cette ressource inépuisable peu exploité représente l’avenir pour l’homme. Le schéma ci-dessous explique comment transformer cette énergie en électricité :

Les dangers des marées

Il ne faut pas oublier que pratiquer le longe-côte dans un milieu aussi imprévisible que la mer comporte des risques. Le principal danger est le courant notamment à marée descendante. En effet, un courant trop fort peut vous emmener au large ! Ce courant peut souvent apparaître au niveau de baïnes. Dans ce cas-là, il faut garder son calme, se laisser aller pour regagner le bord un peu plus loin. Bien entendu le mieux est d’être raisonnable en évitant les baïnes ou même d’aller longer par courants trop fort.

Nous pouvons dire qu’il est facile de calculer et de mesurer les coefficients et les horaires des marées. Elles sont un cadeau énergétique qui à l’avenir aideront à pallier aux productions énergétiques plus polluantes et/ou épuisables. Il faut tout de même rappeler aux pratiquants de sports nautiques que les marées peuvent entraîner un réel danger si l’on n’ est pas vigilant.

Regardez la marée, partez, longez !

Pour ne jamais rater les prévisions en mer et parfaire la décoration de votre maison, pensez à prendre le calendrier des marées de votre région !

Ce que l’on peut retenir de cet article sur le phénomène des marées :

  • Les marées influent sur la pratique du longe-côte.
  • Elles fonctionnent avec la relation soleil, terre et lune.
  • Elles sont une source d’énergie inépuisable.
  • Il faut faire attention aux dangers qu’elles engendrent.
  • Les prévisions des marées sont très précises et consultables sur un calendrier des marées.

Laisser un commentaire