Le longe-côte : Origines et pratiques

Le longe-côte : Origines et pratiques

Qu’est ce que le longe côte ou marche aquatique ?

« Un sport-santé et de bien-être accessible à tous »

Le longe-côte ou marche aquatique est une activité physique qui peut être de loisir ou de compétition. Elle consiste à marcher en milieu aquatique au bon niveau d’immersion. En effet, la hauteur d’eau doit être comprise entre le nombril et les aisselles. En revanche, le déplacement est pédestre. Il n’est ici en aucun cas question de nage et aucun équipement ne permet un déplacement par flottaison. Il s’agit d’avancer en inclinant son corps vers l’avant par appuis ininterrompus sur le sol. Ce sont essentiellement les membres inférieurs qui vont donner l’élan. Les membres supérieurs servant principalement à assurer l’équilibre. La participation des membres inférieurs à la propulsion peut-être accentuée.

En effet, l’utilisation d’outils tels que des pagaies, gants palmés ou longe-up agit dans ce sens. Cependant, l’utilisation de cet équipement complémentaire reste facultative. Cette activité peut se pratiquer tout au long de l’année et se pratique généralement à plusieurs. La marche aquatique est aujourd’hui un sport-santé et de bien-être accessible à tous, mais aussi un sport qui se pratique en compétition

Quelles sont les origines du longe-côte

L’histoire du longe-côte débute en 2005 sur le littoral du nord de la France. En effet, un entraîneur d’aviron nommé Thomas Wallyn souhaite trouver une activité physique permettant à ses équipes de se renforcer au niveau musculaire et cardio-vasculaire tout en protégeant leurs articulations. Amateur de rame et de kayak, sa réflexion l’amène à élaborer une pratique aquatique s’inspirant de celles- ci. C’est alors qu’il imagine un nouveau sport, la marche en mer, et l’appelle le Longe-Côte.

Ce précurseur teste et améliore la pratique d’abord en petit comité, dans différentes conditions atmosphériques et de mer. Dès lors, Il envoi une première version de réglementation de la pratique à la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale. L’agrément pour la première association de Longe-Côte est alors accordé. Thomas Wallyn accompagné de Hervé Benoit- Chieux et Jean-Paul Gokalaere créés la première association de Longe côte en 2007.

Le Longe-côte est officiellement lancé, des structures commencent à fleurir. A partir de là, la discipline se structure avec notamment la création de comités régionaux chapeautés à l’échelle nationale par l’association fédératrices Les Sentiers Bleus, créée en 2009.

La marche aquatique côtière est rattachée à la Fédération Française de Randonnée pédestre. Dès 2013, en partenariat avec l’association Les Sentiers Bleus, la fédération s’organise pour structurer l’activité et permettre au plus grand nombre la pratique de cette activité dans les meilleures conditions de sécurité. Grâce à ce partenariat et à la mutualisation des moyens humains et financier qu’il implique, la discipline connait un développement rapide et encadré sur le littoral français.

En 2016, la Fédération Française de Randonnée décide de créer le Comité National de Longe Côte/Marche aquatique Côtière. Le but est de développer encore plus cette discipline. On compte aujourd’hui en France plus d’une centaine de clubs avec plus de 12000 adhérents. Le nombre de pratiquants est en constante progression et des structures se développent sur tout le littoral en France mais également au-delà de nos frontières.

Qui peut pratiquer le longe côte :

« Vous pouvez tous être un(e) futur(e) longeur(euse) »

Il est impossible de brosser un portrait strict du longeur tant cette pratique s’adresse à un large public. Il n’est pas nécessaire d’être un sportif confirmé pour pratiquer le longe côte. En effet, cette activité pédestre est à la portée de tous. Hommes, femmes, jeunes ou moins jeunes, nageur ou pas, il s’agit d’adapter sa pratique à son niveau, aux conditions de mer et être encadré par un animateur diplômé pour profiter de cette activité inter-générationnelle.

Nous pouvons cependant observer deux catégories de longeurs:

Le longeur loisir

C’est l’accessibilité de l’activité qui séduit dans un premier temps le longeur loisir. En effet, nul besoin d’être un sportif confirmé pour pratiquer le longe-côte. Il apprécie les bienfaits que cette activité lui procure liés notamment à l’évolution en milieu naturel. Il fait du bien à son corps en faisant une activité physique non traumatisante pour les articulations. Dans le même temps, il fait du bien à son esprit en évoluant dans un cadre relaxant et apaisant. Le longeur loisir privilégiera les sorties en groupe ou l‘échange, le partage et la convivialité sont de mise. Il pratique de manière ponctuelle ou régulière.

Le longeur compétition

Ce pratiquant recherche à travers le longe-côte une performance. Ce sport peut être son activité principale ou servir d’entraînement physique en complément d’une autre pratique. Dans ce cas, La recherche de résultat à travers des entraînements réguliers, suivant un plan d’entraînement précis, est importante. Il participe à des compétitions locales, nationales voire internationales. En général, la pratique du longe-côte sportif ou compétition concerne un public un peu plus jeune et plus masculin que le public loisir.

Vous l’aurez compris vous pouvez tous être un(e) futur(e) longeur(euse). L’important est d’adapter sa pratique en fonction de ses capacités physiques et du milieu naturel dans lequel on évolue. Cette activité bienfaisante et relaxante se pratique en groupe. De plus, accueillir des personnes débutantes dans des conditions adaptés et sécurisées est aisé. Alors n’hésitez pas, jetez-vous à l’eau !

Photo: Kristell Pibouleau Pellen

Laisser un commentaire