Comment prévenir les différents dangers du milieu aquatique ?

Comment prévenir les différents dangers du milieu aquatique ?

Que vous pratiquiez le longe-côte ou tout autre type d’activités nautiques, vous n’êtes pas sans savoir que le milieu aquatique est imprévisible. Il peut nous réserver des surprises aussi belles que dangereuses. Même en étant prudent, il peut arriver à n’importe qui de se retrouver dans une situation critique. Pour vous sauver ou sauver les autres du danger, il est important de connaître les gestes à adopter en cas d’urgence.

Les différents dangers et les solutions pour les prévenir

Avant d’évoquer la prévention des risques, il faut évaluer les potentiels dangers que l’on peut rencontrer durant une activité nautique.

Les courants

Que ce soit au niveau des baïnes ou non, le courant peut être présent partout. Puissant à marée montante ou descendante, il peut parfois emmener au large le meilleur des nageurs. C’est un danger auquel tous les pratiquants de sports nautiques doivent faire face. Malheureusement, chaque année beaucoup de personnes finissent noyées à cause des courants.

Pour prévenir le risque de tomber dans ce piège, il existe plusieurs solutions :

  • Vérifier les conditions météorologiques, si elles sont mauvaises, il vaut mieux éviter d’aller à l’eau.
  • Consulter le calendrier des marées pour vérifier les coefficients et les horaires des marées montantes et descendantes.
  • Eviter les baïnes (Notre article Qu’est-ce qu’une baïne et comment fonctionne-t-elle ? vous explique comment les repérer.).
  • Regarder le drapeau de baignade.
  • Aller dans la zone surveillée si possible.
  • Utiliser une bouée Restube, petite et légère, elle vous garantit une sécurité pour ne pas vous noyer. (Article sur les bouées Restube)

Les piqûres

Lorsque vous longez ou marchez simplement dans l’eau, vous pouvez vous faire piquer par une vive. C’est un poisson qui se tapit dans le sable, lorsque vous marchez dessus, il va vous piquer. Même si sa piqûre n’est pas dangereuse pour la santé, elle est très douloureuse. Votre peau peut enfler et rougir, vous allez ressentir une sensation de brulure qui peut remonter jusqu’à votre jambe si vous vous êtes fait piquer sous le pied. Même si cette piqûre n’est pas dangereuse, il faut faire attention à une potentielle réaction allergique au venin. De plus, elle peut provoquer un malaise chez les personnes fragiles, ainsi que des nausées et des vomissements.

Pour éviter les piqûres, vous pouvez vous munir de chaussons en néoprène, leurs semelles épaisses vous protègeront de ces dernières.

Le risque de malaise

Un malaise peut survenir à tout moment. Il peut être causé par différentes choses :

L’hydrocution :

C’est un choc thermique rencontré dans un milieu aquatique entraînant un malaise et pouvant aboutir à un arrêt cardiaque. Lorsque la température du corps est élevée (après une longue exposition au soleil, après un repas, ou en ayant bu de l’alcool…) les vaisseaux sanguins se dilatent sauf qu’avec le froid de l’eau l’effet contraire est provoqué ce qui a pour conséquence une hydrocution. Elle peut être détecté avant le malaise à travers plusieurs symptômes :

  • Des démangeaisons.
  • La sensation de frissons.
  • L’apparition de crampes.
  • Des troubles auditifs et visuels.
  • Des maux de têtes.
  • Un état de fatigue soudain.
  • Une pâleur au niveau du visage.
Pour prévenir l’hydrocution, de simples actions suffisent :
  • Boire de l’eau durant votre exposition au soleil.
  • Réduire votre temps d’exposition au soleil avant d’aller à l’eau.
  • Eviter de consommer de l’alcool dans les 2 heures avant d’aller à l’eau.
  • Rentrer dans l’eau progressivement, en se mouillant la nuque, le visage et toutes les zones sensibles au froid.
  • Mettre une combinaison ou un shorty en néoprène pour éviter le choc thermique. Notre article « Comment bien choisir sa combinaison de longe-côte ? » peut vous aider pour adapter votre combinaison à la température de l’eau.

Le coup de chaleur :

Un coup de chaleur aussi appelé hyperthermie est une défaillance des mécanismes du corps humains visant à réguler la température du corps. Cela survient après une longue exposition au soleil ou dans le cadre d’un effort prolongé dans un environnement chaud et où humide. A ne pas confondre avec l’insolation, le coup de chaleur est généralement bénin sauf chez les enfants, les personnes âgées ou simplement vulnérables. Certains facteurs favorisent son apparition :

  • La déshydratation.
  • La consommation d’alcool alliée à la chaleur.
  • La prise de certains médicaments.
  • Une transpiration insuffisante pour réguler la température du corps.
Le coup de chaleur se traduit par différents symptômes :
  • Une forte sensation de soif.
  • Des maux de têtes .
  • Une forte fièvre.
  • La vision devient floue.
  • Une respiration plus rapide.
  • Des nausées, vomissements et diarrhées.
  • Une somnolence anormale.
  • Des vertiges et étourdissements.
  • Un malaise.
  • Des crampes.
Il existe plusieurs manières de prévenir le coup de chaleur :
  • Ne pas s’exposer au soleil pendant les heures les plus chaudes (12h-16h).
  • Mettre un chapeau ou une casquette.
  • Boire de l’eau régulièrement, même si l’on n’a pas soif.
  • Mettre de la crème solaire indice 50 de manière régulière.
  • Ne pas prendre d’alcool 24 heures avant un effort sportif.
  • Eviter les boissons aux propriétés diurétiques (thé et café)
  • Mettre des vêtements adaptés pour vous protéger de la chaleur (vêtements clairs et si possible en coton)

L’hypothermie

L’hypothermie est une baisse anormale de la température du corps. Normalement, la température du corps peut varier entre 36 et 37,5°C selon les individus et tout le long de la journée. Plusieurs signes peuvent être annonciateur d’une crise d’hypothermie :

  • Une sensation de froid.
  • La chair de poule.
  • Une envie d’uriner.
  • Des difficultés respiratoires.
  • L’apparition de marbrures (traces cutanées).
  • Un ralentissement de votre pouls.
  • Un possible arrêt cardio-vasculaire.

L’hypothermie peut-être plus ou moins grave en fonction du stade qu’elle atteint. L’image ci-dessous explicite bien les symptômes que vous pouvez rencontrer en fonction de la température de votre corps.

Le longe-côte est une activité pouvant se dérouler dans une eau très froide. Afin de limiter le risque d’hypothermie, nous vous conseillons de bien vous équiper que ce soit avec une combinaison, un bonnet, une cagoule, un top ou des gants. Afin vous aider dans le choix de votre équipement nous vous mettons deux articles à disposition :

De plus, prévoyez des vêtements secs et chauds pour votre sortie de l’eau afin d’éviter de baisser votre température corporelle avec des vêtements mouillés.

La crampe

Une crampe est une contracture musculaire temporaire et douloureuse. Elle peut survenir à n’importe quel moment, entraînant la panique une fois dans l’eau. Il existe plusieurs types de crampes et différents facteurs déclencheurs :

  • La sportive : Elle est liée à un effort physique soutenu, souvent favorisée par un mauvais échauffement. De plus, une contraction volontaire d’un muscle trop intense ou une transpiration excessive peut favoriser l’apparition de ces crampes.
  • La métabolique : Elle provient d’un trouble de l’organisme, elle peut être causée par la déshydratation, une carence en vitamine (magnésium ou potassium), un problème de circulation sanguine. Une forte fatigue passagère peut également en être la cause.
  • Les maladies : Certaines maladies en plus de leurs autres symptômes, ont pour conséquence l’apparition de crampes. C’est le cas pour : le diabète, Parkinson, Myopathie Sclérose en Plaques, les maladies rénales et thyroïdienne etc. La prise de certains médicaments peut en faire apparaître, seul votre médecin pourra vous en informer.
  • Autres facteurs déclencheurs : La mauvaise alimentation, un manque d’entraînement sportif, la consommation d’alcool (entraîne une déshydratation), le froid, la fatigue musculaire, une carence en sels minéraux, une insolation ou un coup de chaleur. Bien sûr, une mauvaise hygiène de vie augmente le risque d’apparition de crampes.

Afin d’éviter cette sensation désagréable et dangereuse dans le milieu aquatique, suivez ces conseils :

  • Une bonne hydratation (évitez la consommation d’alcool qui peut déshydrater).
  • Un apport suffisant en sels minéraux.
  • Consommez des glucides pendant l’effort.
  • Dormir 8 heures minimum par nuit.
  • Bien s’échauffer.

A travers cet article vous avez pu voir comment prévenir les différents dangers que l’on peut rencontrer lors d’une session de longe-côte tels que :

  • Les courants d’eau.
  • Le malaise.
  • L’hydrocution.
  • Les coups de chaleurs.
  • L’hypothermie.
  • Les crampes.
  • Les piqûres.

Longer c’est bien, en sécurité c’est mieux !

Laisser un commentaire